Deux nouveaux titres parus dans La Collection du Parc

Laure Albin-Guillot, Artisane d’art de la photographie

Dalila Alaoui, Comment d’une épingle faire un clou

La FNAGP convie chaque année à la Maison Nationale des Artistes un artiste en résidence pour réaliser une œuvre en résonnance avec le lieu et ses occupants.

Cette nouvelle collection éditoriale, coéditée par la FNAGP et Bernard Chauveau Editions, entend témoigner de ces initiatives et des rencontres réalisées dans le cadre de ces résidences artistiques à la MNA.

Après Un Temps de rêve qui présentait la résidence du photographe Grégoire Korganow, c’est le séjour de la plasticienne d’origine marocaine Dalila Alaoui qui, en 2013 et 2014, à partir de recherches intuitives ou documentées sur Jean Besancenot et des rencontres avec les artistes de la maison de retraite, a inventé des scènes fictives pour souligner l’écho entre le lieu et son patrimoine artistique et pour créer une sorte de « retraite sentimentale », sous le titre Comment d’une épingle faire un clou

Dans le même temps, à l’occasion de l’exposition coproduite avec le Jeu de Paume qui lui est consacrée dans les salons de la MNA, le troisième titre Laure Albin-Guillot, Artisane d’art de la photographie est un portrait de la très grande photographe qui finit ses jours à Nogent, en 1962. L’exposition est l’occasion de découvrir une sélection de photographies consacrées à des genres variés comme le portrait, le nu, le paysage, la nature morte et, dans une moindre mesure, le reportage. Indépendante, elle fut l’une des photographes les plus en vogue dans l’entre-deux-guerres. Ses premières œuvres apparaissent dans les salons et les publications dès le début des années 1920, mais c’est essentiellement au cours des années 1930 et 1940 que Laure Albin-Guillot, à la fois artiste et figure institutionnelle, occupe et domine la scène photographique française.

Artisane d’art de la photographie _

2